Café – jetez les capsules

Lorsque nous avons démarré nos consultations, A. commençait ses journées avec 3 cafés dans sa machine à capsules avant de partir au boulot. On a donc tout de suite attaqué ce sujet, pour tout l’impact que ça représentait sur l’environnement, sur sa santé et sur son porte-monnaie !

Quel est le problème ?

  • D’abord, la matière et l’énergie gaspillées :

Les capsules de café à usage unique génèrent énormément de déchet. (1 milliards de dosettes par an en France, vous imaginez?)

capsules« oui mais on peut les rapporter pour qu’elles soient recyclées » me direz-vous.
Sur le principe, pour les capsules Nespresso c’est exact. En réalité, je vous invite à regarder ce docu de France 2 qui explique bien les limites du soi-disant « recyclage » des capsules d’aluminium (très peu de centres équipés du matériel nécessaire, énergies nécessaires, transport…).

Bon dans le cas présent, A. utilisait des capsules de marque Carrefour, donc en plastique.
Sans parler du marc de café qui n’est pas exploité et pourrait être au mieux composté.

  • Ensuite, la qualité :

Une dosette de supermarché contient du café de qualité variable, souvent mélangé, peut-être traité avec des additifs étranges, torréfié et moulu il y a tellement longtemps dans le cycle de distribution que la plupart des arômes subtils du café ont disparu.

Bref, le goût est moyen et souvent, il fait mal au ventre…

Pour aller plus loin sur la question santé, je vous invite à lire le crash-test sur le déca écrit par Marie-Alix Bapt, ma naturopathe préférée, pour la Minute Papillon.

  • Enfin, le coût :

A. payait environ 2,6€ la boite de 10 capsules en supermarché, soit un peu plus de 50€ le kilo. Ou si on ramène à un paquet de café de 250g (ce qu’on trouve le plus dans le commerce), disons 13€ pour l’équivalent d’un paquet de café.

En restant toujours en supermarché, le paquet de café Carrefour « chic » est à 2,90€ et le carte noire à 3,50€. Perturbant non ?
Quand on voit que même le paquet de Malongo équitable est à 3,60€ et le Carrefour bio à 3,90€, on se demande vraiment si la praticité de la capsule vaut vraiment ces prix X3 !

Alors quelle est la solution ?

  • Méthode Slow Coffee

frenchpress.jpegCertains vont tenter les capsules réutilisables, qu’on remplit soit même de café moulu. J’avoue que je n’ai aucun retour d’expérience sur le sujet, si vous en avez, je suis curieuse ! D’autres investissent directement dans un percolateur. Mais le budget et la place nécessaire ne sont pas à la portée de tous.
filtreSinon, on abandonne la machine Nespresso et on revient à une extraction douce, à filtre type chemex ou v60 comme les puristes (c’est mon cas) ou à piston notamment.
Ça tombe bien, A. est déjà équipée d’une cafetière piston (ou aussi appelée « frenchpress », genre la Bodum que tout le monde connait, vous voyez ?).
Alors oui, il faut faire bouillir de l’eau et la verser dans la cafetière, c’est moins immédiat que d’appuyer sur un bouton.

Mais il n’y a aucun déchet ! On met ensuite le marc de café dans les plantes, dans le compost, dans le frigo pour absorber les odeurs, de temps en temps dans l’évier pour nettoyer les canalisations, dans la douche pour se faire un gommage, ou sur un vieux meuble en bois foncé abimé ! Produit magique non ?
En plus, la frenchpress peut aussi servir de théière quand on achète des feuilles en vrac (idéal !) et qu’on n’a pas de filtre ou passoire !

  • Le bon café

A Paris on a la chance d’avoir un retour de la mode du coffee shop et avec eux fleurissent les brûleries et torréfactions de quartier. On y achète donc un bon café de spécialité qui a été torréfié récemment et il est moulu au moment de l’achat. Il a donc beaucoup d’arômes, un bonheur de renifler le paquet ! Et ce goût… On redécouvre le vrai goût du café ! Je trouve le mien à la brûlerie de Jourdain, magnifique boutique rétro et toujours de bon conseil, à la brûlerie de Belleville qui fournit pas mal de coffee shop, ou chez Esperanza, qui torréfie à Saint-Denis et distribue dans plusieurs boutiques et cafés également.
Près de chez A. il y a aussi The Beans on Fire qui fait torréfaction et café sur place.

Alors oui, ces endroits font du café un peu plus cher, entre 6 et 14€ le paquet de 250g classique. La plupart d’entre eux travaillent en direct producteur, avec une rémunération juste des exploitants. Rappelons nous le prix des capsules ! 13€ l’équivalent d’un paquet de 250g.

Mais si comme A. vous préférez acheter votre paquet de café dans votre lieu de courses habituelles, pensez à vérifier qu’il n’y a pas d’additifs, qu’il est équitable (les petits producteurs de café méritent de vivre de leur travail) et bio c’est l’idéal, pour eux et pour vous.

Alors A. elle en pense quoi de ce changement ?

Pour moins cher, je bois maintenant un café au meilleur goût et qui sent le bonheur. J’essaie plusieurs marques de café du Bio c’ Bon pour varier les plaisirs.
Il faut laver la cafetière à piston ce qui est un peu plus contraignant que les capsules mais franchement ça n’est pas grand chose.

 

Il est donc encore possible et grand temps, pour un budget plus léger, d’avoir du café de bien meilleur qualité, qui a plus de goût, génère moins de déchets, rémunère correctement les producteurs et soutient des commerces de quartier et artisans locaux au lieu de remplir les poches des grands industriels moins scrupuleux.

Ça vaut le coup de réfléchir à deux fois avant d’appuyer sur le bouton de la machine non ?

Photos on Unsplash

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.